L’ignorance empoisonne et tue

Rédigé par JMP Aucun commentaire
Classé dans : Indignation Mots clés : aucun

L’actualité brûlante en cours depuis deux ans ne manque pas d’exemples décrivant à dessein l’ascension vertigineuse de racontars plus absurdes les uns que les autres lancés à tout vent sur crédit d’initiative politico-économique, à savoir la main oligarchique qui contrôle tout, qui dirige de manière anonyme le monde. Le faire valoir, pour l’occasion tout désigné était un virus tueur déterminé d’en finir avec l’espèce humaine. Très vite la mascarade et l’arnaque ont été dénoncés et déjoués par une portion avertie de la population non dépourvue d’esprit et de bon sens. Pourtant rien n’y a fait, la peur véhiculée à dessein par une propagande adaptée et soutenue par les médias s’est généralisée et a fait sauter toutes les barrières du raisonnable. Cette propagande d’État et ses médias au service, ont alimenté ce canular empoisonné à l’échelle planétaire. La crainte de ce virus « redoutable » s’est vite métamorphosée en une arme redoutable contre les peuples blessant et tuant toujours plus par ignorance d’une réalité cachée, sans cesser pour autant de faire des adeptes dociles au protocole.

Ce qui est sur c’est que si ce n’est pas le virus qui tue, on ne peut en dire autant de l’ignorance.

Jacques Attali, un des plus fins observateurs sociopolitiques de l’époque, ne cesse de le rappeler, que ce soit dans ses publications ou ses interventions médiatiques : la plupart des dirigeants contemporains ne poursuivent fondamentalement que deux buts, le premier étant de mettre sur pieds un gouvernement mondial ; le deuxième, afin de protéger ce gouvernement mondial de tout renversement par ses ennemis, étant de créer un système technique mondialisé de surveillance généralisée fondé sur la traçabilité totale des objets et des personnes.

Ce système global de surveillance est déjà fort avancé grâce à l’informatique, à la téléphonie mobile et aux dispositifs de caméras, statiques ou embarquées dans des drones, en nombre toujours croissant dans nos villes. Avec la technologie RFID (Radiofréquence Identification) et les implants sous la peau de puces électroniques émettrices de signaux qui assureront notre géolocalisation permanente. Mais aussi avec la nanotechnologie moderne implantée directement dans le corps va permettre en outre le cumul d’informations biographiques et biométriques suffisantes pour autoriser le profilage à distance de son porteur avec les énergies basse fréquence comme la 5G... pour ainsi tout prévoir de son comportement, l’influencer, le contrôler, voir le désactiver...

Aujourd’hui, l’ennemi du genre humain a changé. Il n’est plus identifiable à une zone géopolitique particulière. Il appartient à cette « classe transnationale de privilégiés » dont nous parle Jacques Attali, oligarchie économiquement dominante, qui travaille activement à l’architecture-système de la mondialisation selon des modalités d’ingénierie, et dont Warren Buffet (un des plus riche milliardaire du monde) prétend qu’elle est en train de gagner la guerre contre les classes populaires. (Jacques Attali, Une brève histoire de l’avenir, Éditions Fayard, 2006)

La guerre a donc bien été déclarée.

« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. » (Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, 1793, article 35.)

Comprendre ce qu’est le Nouvel Ordre Mondial (N.O.M.), ce bio pouvoir annoncé par des leaders d’opinion comme J Attali, voulu et encouragé par le gouvernement profond globaliste, c’est pouvoir faire d’abord le tour de son fonctionnement avec sa philosophie d’une connaissance secrète entretenue au fil des siècles par maintes stratagèmes en vue d’obtenir toujours plus de pouvoir et d’assurance conservatrice.

Ce N.O.M. dans sa progression a toujours cherché à créer de nouvelles normes mentales pour transformer la nature des êtres humains. Nous le vérifions depuis deux ans à nos dépends avec cette fausse pandémie déclarée à dessein pour ces mêmes raisons et créant les désordres les plus fous que l’humanité ait connu. Mais au vue des mondialistes problème mondial = solution mondiale.

Pour le peuple donc, ce sera se battre contre l’ennemi commun, qui prend aujourd’hui le visage de cette folie, un Nouvel Ordre Mondial fondé sur la stratégie du choc, le chaos planifié, les crises économiques programmées, la virtualisation du Sens et la projection d’une « menace terroriste » et aujourd’hui « virale » permanente pour justifier la surveillance concentrationnaire des populations.

Rien d’étonnant donc à considérer que la minorité de milliardaires détenteur de cette idéologie mondialiste, régnant en despotes sur le monde de génération en génération soient des sociopathes, voir des psychopathes pervers sans considération aucune pour les peuples et le genre humain.

Est-ce que les psychopathes ont une conscience, une expérience de l’âme ?

La définition la plus réaliste en phase avec notre histoire contemporaine serait de dire qu’ils ne considèrent pas la douleur des autres, sauf lorsqu’elle leur procure du plaisir. Des institutions telles MK-Ultra et leurs sous-projets (MK-ULTRA est le nom de code d'un projet de la CIA visant à développer des techniques de contrôle et de programmation de l’esprit) dans le monde, permettent d’installer, de développer, de corrompre et de contrôler des leaders, des meneurs, des politiciens marionnettes placés aux endroits stratégiques dans les institutions, permettant de conduire de manière durable et efficace l’agenda du N.O.M. que les marionnettistes régnantes orientent et contrôlent dans le temps pour atteindre leur but.

D’après l’idéologie mondialiste, dans un monde d’apparence en désordre du fait de sa pluralité (le monde existant, imprévisible, naturel et vivant) arrive un moment où il serait impérativement nécessaire de déclencher un « Great reset » afin d’installer un Nouvel Ordre Mondial et pour se faire un contrôle des masses pour réorganiser, réinitialiser le monde social, politique, économique, écologique… à travers un système qui se passerait à terme des aléas du vivant mais répondrait en tout point aux seules performances et réformes dues à un technocentrisme prévisible et incontournable où l’I.A. (intelligence artificielle) serait prépondérante. Il adviendrait alors une humanité sous contrôle mental permanent, sans conscience et sans âme passant immanquablement par ce que l’on pourrait considérer comme étant une vie gérée par la seule pensée unique délivrée et entretenue par le tout puissant N.O.M.

Mais de quelle sorte de paix s’agit-il si elle est sans expression de l’âme, sans conscience et sans spiritualité ?
Il n’y a aucune paix dans l’esprit sous contrôle mental. Comment une paix mondiale pourrait advenir sans que les gens aient une paix dans leur esprit et leur cœur et une conscience effective ?

Sous contrôle mental il n’y a pas de liberté de pensée.
Sans liberté de pensée, il n’y a pas de libre arbitre ni de conscience de soi. Sans libre arbitre donné par le Divin, la source de toute chose, il n’y a pas de spiritualité ni d’expression de l’âme pour être en capacité d’aimer. C’est plutôt par cela que commence la paix mondiale : par être animé de conscience avec la capacité d’aimer. Sûrement pas par le contrôle mental.

Ces tenanciers du N.O.M. sont en dehors de toute moralité, leur raisonnement est entravé par leur propre immoralité, ils n’ont aucune sagesse ni ne pensent et ressentent en profondeur. Ils ne prennent jamais en compte la dimension naturellement humaine, la force de l’esprit humain avec sa bienveillance à l’égard de son semblable dans la perspective du libre-arbitre de chacun pour que l’amour ne se perde pas dans le labyrinthe des mensonges.
Et c’est là leur faille, de cette incapacité à aimer la vérité s’imposera toujours.

« 1984 », le livre de Georges Orwell était une sombre prophétie devenue réalité.

Tout a commencé avec le projet MK-Ultra dont l’embryon a été utilisé avec Hitler et sa folie meurtrière de domination. Par la suite avec les mêmes scientifiques, des élites militaires et hauts dignitaires nazis opérant à l’époque et qui exfiltrés ont été récupérés en 1947 par les US du temps de Bush, avec la complicité de la CIA, le FBI, la NASA, du Vatican… la création du « National Security Act » et du projet « Paperclip » en vue de prolonger les expériences commencées plus tôt devant aboutir à la constitution d’un N.O.M, d’un gouvernement mondial totalitaire, asservissant le monde entier grâce à la poursuite de ce projet eugéniste à base de manipulation mentale.

Ce que Hitler et ses contemporains ont fait à l’époque comme expérience de manipulation et d’asservissement était possible parce qu’ils avaient beaucoup d’humains à leur disposition pour pouvoir expérimenter toute forme de manipulation et d’expériences scientifiques visant à la modification de l’espèce humaine en vue de l’homme parfait...

Mais est-ce qu’aujourd’hui ce même gouvernement mondial, car ce sont bien toujours les mêmes familles oligarchiques qui mènent le monde, et agissent dans l’ombre incognito ; est-ce que cette machine de guerre qu’ils manipulent aujourd’hui sous couvert d’une fausse pandémie n’a pas mieux à sa disposition puisqu’elle utilise tous les humains en même temps, enfants compris, de la planète entière pour commettre les pires horreurs ? Les tristes et malheureux exemples dus aux injections en témoignent et ne peuvent pas être ignorés.

Créer par des chocs psychologiques répétitifs un avilissement du cerveau pour robotiser petit-à-petit l’humain et le réduire en esclavage est un des outils de maltraitance utilisé pour le projet du N.O.M. Il existe aussi le contrôle mental de type robotique avec des appareils dont les ondes affectent le cortex cérébral en perturbant l’équilibre de l’énergie et modifiant la pensée logique. On pourrait mettre dans cette catégorie les écrans utilitaires multiples qui servent de support aux échanges à travers le monde par les réseaux transporteur d’ondes (4G, 5G...)

Et regardez comment les enfants, mais les adultes aussi, soumis à ces écrans, perdent progressivement leur liberté de penser, leur capacité de raisonnement, d’analyse critique, ils gobent tout et obéissent sans réagir… il y a tellement d’aspects différents de la société qui sont touchés par le contrôle mental à différents degrés.

On peut comprendre alors la portée de l’effroyable déviance voulue par ce N.O.M. avec l’érosion des valeurs constitutionnelles, l’évasion de la moralité, la perte progressive de toute liberté, la planification génocidaire, la dérive eugéniste qu’est le transhumanisme, l’homme objet au tout connecté, le contrôle absolu sur toute chose etc. pour une vie qui s’étiole inexorablement.

Leur plan général à ces marionnettistes patentés du N.O.M. en nous confisquant l’information cruciale et la technologie la plus pointue, ou à dessein en l’utilisant contre nous : que nous-nous sentions toujours dominés et tous impuissants. Ils ont sous leur contrôle et à leur service exclusif au moins 30 ans d’avance de technologie cachée et d’emprise sur nous le peuple. Nous avons été isolés et écartés de cette connaissance depuis toujours, nous avons été privé de la réalité parce que placé volontairement dans l’ignorance, comme l’illustre le monde d’illusion de « la caverne de Platon ».

Il n’y a normalement pas d’endroit prévu dans l’esprit humain pour gérer une telle horreur.

Perdre sa santé, être handicapé à vie, perdre sa capacité de respirer, de penser librement, de percevoir la réalité, de se mouvoir librement, de décider par soi-même, d’espérer, de vivre son libre arbitre… pourtant la plupart d’entre nous acceptons malgré tout ce que ces tyrans décident comme étant bon pour la société qu’ils ont prévu !

À ce stade, l’ignorance et la perversion ne sont-elles pas à leur comble et en passe de tuer la vie ?

Le contrôle de la liberté d’expression

À travers les médias, force vive de tout pouvoir dominant, tout ce que nous entendons, tout ce que nous voyons sur nos écrans et tout ce que nous entrevoyons comme prises de décisions est sous contrôle. Sous couvert de l’hypnose, d’une manipulation des mots, des idées savamment étudiées, préméditées et relayées pour être assimilées comme vérité. Par ce lavage de cerveau auquel nous n’échappons pas, ils nous contrôlent en manipulant les flux d’informations à volonté, selon des directives arbitraires qu’un pouvoir toujours aux aguets et prêt à user de tous les moyens qu’il a à sa disposition utilise pour atteindre son but.

Dans cette histoire du covid les médias principaux, tous appartenant à la caste oligarchique et technocratique, se sont détournés de leur devoir premier de la charte de Munich. Ils ont été dévoyés et se sont rangés au service du pouvoir de cette superclasse et de sa propagande qui cherche à installer, sous prétexte de politique sanitaire éhontée, un régime de suppression des libertés qui a déjà fait bien des victimes et laissera derrière lui un champ de ruines.

À coté de cela et dans le même temps, les journalistes indépendants et les rares médias objectifs relayant des informations vérifiées et sourcées sont impitoyablement attaqués. La censure des réseaux sociaux se généralisant démontre que nous ne sommes plus en terre de liberté. Mais l’avons nous été un jour ? Ce contrôle de la liberté d’expression permet à cette « main oligarchique » soudoyant par l’argent de garder de nombreux citoyens dans l’ignorance de la réalité.

« La véritable éducation consiste à pousser les gens à penser par eux-mêmes. » Noam Chomski.

De même, dès le plus jeune âge les enfants sont sous contrôle. Ils sont « éduqués » et entraînés à la docilité (non vraiment instruit) sous l’emprise d’une éducation édulcorée, d’une éducation progressiste favorisant la passivité et la paresse. Une éducation composée et alimentée d’un flux d’informations triées, ciblées et dispensées de plus en plus tôt à travers des écrans, qu’est la forme d’accès au réservoir du savoir d’aujourd’hui diffusée officiellement. Ils subissent sans s’en rendre compte à travers des programmes scolaires généralisés et obligatoires une certaine hypnose éducative n’ayant pas les attributs nécessaire à l’ouverture de l’esprit. Une éducation freinant leur propre initiative et analyse critique ne leur permettant pas d’avoir des idées claires sur eux-mêmes ni sur le sens de leur place dans l’existence. Le contrôle mental est donc de toute évidence prévu et inclus aussi et dès le plus jeune âge dans le programme scolaire, c’est là sans nul doute le berceau d’une population abusée, en devenir docile, préparée méticuleusement à servir sans sourciller.

Sous contrôle mental nous ne pouvons même pas penser être victime d’abus, il ne nous vient pas l’idée d’en sortir, nous ne pensons pas, nous sommes des robots obéissant et conciliant… nous ne sommes déjà plus dans la réalité mais nous voyageons dans une pseudo réalité où tous les possibles sont permis.

À cet égard, le cinéma, les séries télévisuelles, certaines émission de télé-réalité... deviennent aussi des outils intrusifs indolores mais persuasifs au service de ce contrôle des masses. C’est le plus souvent un ersatz pernicieux calculé pour jouer sur nos émotions afin de transposer à une réalité tangible dont on voudrait bien s’évader, l’image d’une fausse réalité, virtuelle cette fois, copiant le vrai monde sublimé virtuellement dans des « possibles » impossible à vivre et qui s’ancrera progressivement dans le cerveau comme une vérité. C’est donc bien aussi un outils de dissonance cognitive de perversion et de dégradation du vivant poussant l’humain naturellement équilibré à une transhumanisation, un « clonage » artificiel et dénaturé.

Imaginons maintenant, qu’étant dompté par le cinéma, tout ce qui va pouvoir arriver et s'inscrire dans nos vies avec la mise en place d’un projet virtuel comme le METAVERS (un monde virtuel fictif ), c’est évident qu’il n’arrive pas par hasard dans ces temps troublés de remise en question !

Ne vous y trompez pas l’industrie du cinéma, Hollywood, Netflix... avec leurs séries et films décrivant un futur à la renverse et qui se met progressivement en place aujourd’hui sous nos yeux, nous parle déjà de l’homme objet de demain avec ses « chimères »… bref ! tout ça sous couvert de nous divertir fait aussi partie du même programme très bien orchestré de manipulation des masses et du contrôle des esprits. C’est de l’ingénierie sociale, de la fabrication du consentement de haut niveau à base de dissonance cognitive pour préparer progressivement et insidieusement les gens à ce que l’on veut leur faire accepter. C’est mis au point, étalonné, vérifié et utilisé à dessein de contrôle et d’asservissement des peuples. Ça existe en puissance depuis cent ans au moins, c’est de plus en plus performant et c’est ancré factuellement dans nos vies.

Toutes ces fictions littéraires, et cinématographiques décrivant un monde futur et son mode de vie sont là pour préparer sous une forme neurolinguistique votre subconscient à l’acceptation d’une vie que l’on ne pourrait pas intégrer ni vous imposer directement. C’est un viol de l’esprit pour lequel nous ne donnerions évidemment pas notre consentement.

En fait ce qui se passe avec ce genre de fiction prenant une place démesurée dans notre quotidien, avec son orientation ouvertement chimérique, est une sorte de déprogrammation active de nos cerveaux, rien d’autre que du piratage de notre cerveau humain, de la même façon que l’on peut pirater le disque dur d’un ordinateur en y plaçant un virus pour le contrôler.

N’en est-il pas de même avec le faux vaccin que l’on veut nous injecter de force ? Le professeur Christian Perronne rapporte qu’un scientifique en chef d’un fabricant mondial de vaccin a déclaré à ce propos que ces « vaccins » avaient pour objectif de pirater le logiciel de la vie et que l’injection de leur ADN messager dans le corps de son hôte était comme le téléchargement d’un nouveau système d’exploitation dans un ordinateur »

La guerre des classes

Alors pour le dire autrement : le problème n'est pas le « covid » et tout le carnaval absurde et sidérant qui s'y est collé. Même si c’est préoccupant et blessant à juste titre ça n’en demeure pas moins un leurre. Les autorités sanitaires focalisent toute l'attention sur une épidémie de covid dérisoire pour nous occuper l'esprit dans cette direction et nous pousser à réagir à ces endroits-là. Ce que nous ne voyons pas de prime abord est caché par l’exercice d’une prestidigitation de haut niveau avec une complicité évidente des médias de masse, payés par nos impôts et à la solde des groupes financiers qui tiennent le monde entre leurs mains. LE VRAI PROBLÈME dont presque personne ne parle, et pour cause de censure aussi, puisque sans arrêt ils nous mentent, nous trahissent et nous leurrent, le vrai problème c'est que nous sommes embarqués dans une GUERRE de classe. C’est encore et toujours la même chose : « nous sommes en guerre » mais à un autre niveau, plus subtil que la simple histoire liée au « virus tueur »…

Il ne s’agit donc pas de se battre contre un virus, ça c’est pour la petite histoire, nous hameçonner le mental avec un virus « covid » qui n'a même pas été isolé et qui donc n'existe vraisemblablement pas. Ce ne sont pas les coronavirus (le genre de virus que nous rencontrons habituellement) qui tuent dans les faits mais l’ignorance de la situation et le poison incorporé aux injections, destiné à ceux qui s’y prêtent.
Le vrai problème et l’objectif déclaré de cette caste mondialistes, cette minorité de milliardaires psychopathes pervers narcissiques, leur dernière arme, c’est qu’ils veulent nous tracer numériquement, nous pucer comme des animaux, nous classer et nous borner selon certaines normes pour nous contrôler et nous asservir totalement cette fois-ci, en nous appauvrissant au passage pour faire de nous définitivement des esclavages obéissants et sans défense, mais « heureux » selon les dire de K Schwab. Et au bout du compte, dans l’absolu, finir de modeler de manière globale l’ADN de l’humanité qui subsistera en un ensemble de cyborgs, d’objets marchands sans âme et connectés en permanence, manœuvrables à volonté. Le Great reset c’est ça, une grande réinitialisation mondiale, « politico-économiquo-humaine ».

« Il y aura, dans une des générations à venir, une méthode pharmacologique pour faire aimer aux gens leur condition de serviteurs et produire des dictatures sans larmes ; une sorte de camp de concentration indolore pour des sociétés entières où les gens seront privés de fait de leurs libertés, mais en seront plutôt heureux, car ils seront détournés de la volonté de se rebeller par la propagande et le lavage de cerveau. » (Aldous Huxley, «The Ultimate Revolution», 1962)

Alors vue sous cet angle le pseudo vaccin qui n’en demeure pas moins une thérapie génique expérimentale hautement toxique et dangereuse (normalement interdite en dehors d'un essai clinique) est tout-à-fait approprié dans leur plan puisqu'il contient les éléments nanotechnologiques nécessaires au traçage et à l’épuration finale... (La nanotechnologie : clonage de l'inerte aujourd’hui, finira ensuite par converger avec le clonage du vivant).

Elle a aussi une autre fonction cette injection : celle de réduire la population. Ce n’est pas nouveau, les J Attali, L Alexandre et bien d’autres le disent ouvertement dans leurs propos à qui veut bien l’entendre (« les inutiles », « ils iront d’eux-même à l’abattoir »...) (les déclarations multiples de Bill Gates, K Schwab le gourou de Davos et bien d’autres). Rappelons nous également les propos de Bill Gates qui déclarait en public à ce sujet "qu'avec le « vaccin » seulement « QUE 10% » de la population pourrait disparaître et que ça ne serait pas suffisant pour réduire le CO2..." laissant supposer que les soit disant problèmes climatiques devaient aussi être pris en compte dans la balance.

Nous ne nous appartenons pas encore

Le poids de l’histoire nous le démontre, le monde a toujours été dirigé par des esclavagistes qui avaient droit de vie et de mort sur leurs esclaves. L’histoire ne se répète pas dans un cycle perpétuel avec des recommencements successifs, non, tourmentée elle se poursuit dans la même direction, elle est évolutive au même titre que l’histoire de la terre. L’horreur de la torture psychologique et corporelle que nous subissons, que nous en soyons conscient ou pas, se ressent et se vit au tréfonds de l’Être mais avec moins de décibels en surface car hypnotisé et anesthésié par l’ignorance.
Elle ne tue pas au bruit du canon cette guerre mais son écho ravageur coule dans notre sang. Elle est aussi rappelée dans la propagande déversée continuellement par les médias. Elle a progressé à notre insu dans l’infiniment petit par sa technologie toujours plus monstrueuse et bientôt elle deviendra invisible à l’extérieur tellement elle sera enchaînée en nous à l’intérieur. C’est alors que le maître du jeu, la « main oligarchique » propriétaire de tout ce qui vit, pourra exercer en toute impunité son pouvoir suprême et décider qui doit vivre ou mourir dans cette arène moderne qu’est notre société truquée que des manipulateurs aguerris agitent au gré de leur folie.

Ce que nous traversons là à travers les dédales de cette modernité devenue pathologique est la suite des nombreuses tentatives que cette caste ploutocratique incapable de créativité et de compassion a mise en place CONTRE les peuples depuis bien longtemps et qui a pris un nouvel essor pendant les deux dernières guerres mondiale. Cette nouvelle guerre prononcée par nos gouvernants (Macron l'a répété 6 fois lors de son allocution du 20 mars) "nous sommes en guerre", cette nouvelle guerre, plus sophistiquée et technocratique que les autres encore, est la troisième du nom et elle est prétendument dans son aspect extérieur « virologique ». Nous savons que cet aspect sanitaire n’est que l’arbre qui cache la forêt. Que tout ceci n’est que MASCARADE dénoncée, sourcée et reconnue comme telle par les plus éminents chercheurs et scientifiques du monde entier. La réalité est funeste et bien plus profonde, au même titre que les exactions du « gouvernement profond » qui la sous-tend.

« Le but ultime du système ploutocratique est de façonner un individu isolé, fragile, sans volonté ni identité propre, limité à ses instincts primaires et dépendant de ses maîtres. Ce qui correspond à la définition parfaite de l’esclave. » (Valérie Bugault)
https://valeriebugault.fr / https://revoludroit.fr/

Mais regardons bien, que ce passe t-il dans les faits ? Ont-il reculé d'un pas pour autant depuis que nous dénonçons leurs tyrannies ? NON, RIEN DE RIEN. Ils poursuivent leur objectif en s’attelant dare-dare à leur seul agenda. Nous ne leur faisons pas peur avec nos bavardages dénonciateurs, nos alertes tentant de les faire revenir à la raison, bien au contraire ça les rassure de constater notre ignorance du vrai problème et qu’il ne soit pas soulevé, abordé et en conséquence combattu comme il se doit, car là nous pourrions peut-être leur faire peur.

Puissions-nous comprendre et entendre pour sortir de l’ignorance

À jouer leur jeu, tant que nous resterons à genoux il nous paraîtrons grand et continuerons à avoir les mains libres pour poursuivre sans faille leur agenda… nous ne sommes pas le grain de sable qui puisse enrayer leur machine de guerre, nous sommes plus que ça.
Nous ne les changerons pas. Par contre nous avons le devoir de ne pas nous diviser, et avec un esprit fraternel de nous protéger et d’être solidaire les uns avec les autres par l’entraide quand c’est nécessaire. Avec force et détermination nous avons le devoir absolu de prolonger la pureté de la source de Vie qui est en nous. Cela ne pourra pas être si nous les laissons nous transformer en clone humain. Ne laissons pas éclore cette dystopie. Nous devons ensemble et avec conviction prendre les devants et assumer de porter la responsabilité du Vivant. Nous devons faire radicalement sécession avec ce système totalitaire moribond et encore suffisamment tyrannique pour occasionner des dégâts irréversibles dans nos vies. Cessons de leur demander sans cesse la permission de vivre et d'être libre et engageons nous comme un « seul homme » dans la voie responsable qui est la notre d’une existence saine de corps et d’esprit, avec des lois non asservissantes, respectant tout autant l’homme et la nature et en accord profond avec ses lois durables et équitables. Sinon c’est la fin de tous nos droits d’êtres humains et de toutes nos libertés fondamentales où l’humanité telle que nous l’avons connu s’engagera et sombrera malgré elle dans des voies appauvries dénuées de toute perspective et puissance de vie vers un effondrement total de notre civilisation.
JMP

Don't Look Up
https://www.youtube.com/watch?v=4-zv5Cvg6pM&t=101s
“Déni cosmique” : le cadeau de Noël empoisonné de Netflix
https://mrmondialisation.org/deni-cosmique-le-cadeau-de-noel-empoisonne-de-netflix

Ce 24 décembre, la plateforme de streaming Netflix mettait en ligne Don’t Look Up : Déni cosmique, un long métrage au casting impressionnant qui condamne l’humanité. Plus qu’un film, c’est un miroir radical de la société actuelle que nous offre ce spectacle dont l’issue n’est ni plus ni moins la perspective d’une destruction totale de l’humanité. Mais ce n’est pas tant l’issue fatale de notre civilisation qui nous intéressera mais bien, comme le titre l’indique, le déni cosmique de l’être humain devant une réalité angoissante. Un clin d’œil manifeste aux grands enjeux écologiques de notre temps et un questionnement en suspens : pourquoi ne faisons-nous rien pendant que nous en avons encore le temps ?

Les commentaires sont fermés.